Figures du déni. En deçà du négatif.

Ceci n’est pas une nouveauté mais à lire et à relire :
” La réalité psychique de chaque être humain est construite sur un système de messages parentaux, véritable matrice originaire de significations.
C’est à partir de ce ‘ça’ familial que le sujet doit régler son existence, et développer sa vie fantasmatique personnelle…”

Figures du déni.
En deçà du négatif.

Bernard PENOT

Dunod, 1989

Bernard PENOT est psychanalyste, membre de la Société Psychanalytique de Paris, Ancien interne des hôpitaux de Paris, psychiatre. Il est médecin directeur d’un hopital de jour pour adolescents.

 

Résumé :

La réalité psychique de chaque être humain est construite sur un système de messages parentaux, véritable matrice originaire de significations. C’est à partir de ce ‘ça’ familial que le sujet doit régler son existence, et développer sa vie fantasmatique personnelle. S. Freud a bien saisi que la négation constituait le temps premier, nécessaire, d’une telle opération subjectivante liées aux refoulements : un objet d’amour notamment parental, n’étant symbolisable psychiquement à partir de son absence reconnue, ou décrétée.

Or le déni de réalité, loin de constituer pour Bernard Penot une forme ‘primaire’ de la négation, manifeste au contraire son échec radical, empêchant l’intégration par le sujet de son donné originaire dans un système symbolique d’ensemble.

Le déni est toujours déni d’absence (du manque), ce qui amène des fragments de représentations parentales à se maintenir sur un mode plus ou moins traumatique, à faire retour au travers d’expèriences perceptives connotées d’inquiètante étrangeté : le réel ainsi « trans-figuré » conserve un caractère foncièrement équivoque.

Prenant en compte le donné trans-générationnel dans l’analyse de cette pathologie de la réalité quotidienne, l’auteur enrichit le champ de la pratique psychanalytique (et son parti pris d’individualité). La diversité du matériel clinique et les analyses proposées destinent son ouvrage à tous ceux qui, travaillant dans le camp de la santé mentale, traitent de ces cas dits ‘limites’ – patients jeunes ou vieux – pour lesquels la réalité en vient à perdre sa signification usuelle.

 

Sommaire :

    • Prologue
    • Le rejet de réalité
    • Jeanne ou l’étrangeté de son sexe
    • Au-delà d’un trouble du souvenir
    • Lorsqu’il y a quelque chose de pourri chez le père
    • L’enfance du délire
    • Sujets en souffrance
    • L’être volé
    • L’interprétation du déni dans la cure
    • La réalité sous condition : quel surmoi ?

Prochains événements

  1. Psychopathologie psychanalytique : Symptômes

    20 novembre à 20 h 30 - 22 h 30
  2. Psychopathologie psychanalytique : Symptômes

    20 novembre à 20 h 30 - 22 h 30